logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/06/2010

Bocca del lupo

 

Bocca del lupo

C'est un film tellement original que j'hésite à dire combien il m'a touchée, de peur de m'entendre reprocher ensuite mes louanges par un spectateur déçu.... J'avoue que je n'aimerais pas qu'on en dise du mal. Pourtant, c'est vraiment spécial, vous allez comprendre. Au départ, il y a une commande de la communauté des Jésuites de Gênes : ils souhaitaient un documentaire sur les populations pauvres et marginales dont ils s'occupent. Cela commence donc avec Gênes, la ville secrète aux ruelles sans ciel, sombres coupes-gorges pleins de violence, de prostituées et de forts en gueule. Et puis la mer, que l'on regarde, et dans laquelle on plonge, certains avec grâce. Et le port avec ses masses métalliques, dures, énormes, hostiles, déglinguées...

Quelques images et séquences extraites d'archives privées viennent aussi raconter la ville. Mais ensuite, il y a eux, Enzo et Mary, deux rescapés du malheur, que le réalisateur a rencontrés par hasard. Ils vont accepter de raconter leur histoire, qui apparaît par petits morceaux décousus. Lui a passé plus de la moitié de sa vie en prison, elle quelques mois, à cause de la drogue. C'est à ce moment là, en prison, que naît l'amour puissant qui les unit encore aujourd'hui. Enzo est fort et costaud, moustachu, gueule ravinée, un pur bandit sicilien, Mary est transsexuelle, cela s'entend. Mais grâce à Enzo, aucun homme, détenu ou gardien, n'osera lui manquer de respect. Pour Mary ce sont les quatre plus beaux mois de sa vie. Elle découvre l'amour, la tendresse, la sécurité, elle arrête la drogue. Pour Enzo, c'est enfin la vie qui commence. Pendant dix ans, ensuite, lui dedans et elle dehors, ils s'envoient des cassettes remplies de mots d'amour. Chaque mois Mary va lui rendre visite. Ils racontent tout ça et évoquent leur rêve, une vie simple et libre dans une petite maison, avec un potager. Une belle scène encore, lorsque Enzo va poser sa main sur celle d'un très vieux jésuite qui l'a connu dans son enfance. La bande son est poignante, on y entend aussi bien la voix puissante de Gainsbourg qui chante « Tu me mets l'eau à la bouche » que des voix séraphiques qui louent la pureté de la création....

Ce film pudique, puissant, d'une grande bienveillance a reçu de nombreux prix. Vous l'avez compris, c'est spécial, mais on peut être saisi. Je l'ai été.

Sylvaine

La bocca del lupo, La gueule du loup, de Pietro Marcello, avec Enzo et Mary.

 

 

 

Commentaires

pourquoi ne pas parler du superbe film "ell s'appelait Sarah" avec Kristin Scoth, elle est journaliste américaine enquete sur l'épisode douloureux du veld'hir. en remontant les faits, son chemin croise celui de Sarah, une petite fille qui avait 10 ans en juillet 1942 et dont le destin a crisé celui de sa belle famille. deux histoire de culpabilité a soixante d'intervalle profondément boulversé une boule dans la gorge, des larmes aux yeux, un très très beau film A VOIR ABSOLUMENT

Écrit par : janilou | 14/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique