logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/12/2009

Qu'un seul tienne et les autres suivront

Ne vous fiez pas à ce drôle de titre. D'autant que ni la réalisatrice dont c'est le premier film, ni le nom des acteurs, ne sont connus. Laissez la curiosité vous emmener jusqu'au guichet de cinéma, car le film vaut le détour. Certes, il n'est pas drôle. Mais il est juste, sensible, bien vu. Dur et fort.

Le cinéma social, français, sans pathos, sans dérive, est suffisamment rare pour qu'on prenne le temps d'en parler. L'histoire est captivante, elle met en scène trois destins. Celui d'une vieille dame, algérienne, dont le fils a été tué en France et qui cherche par tous les moyens à comprendre pourquoi, jusqu'à tenter une rencontre avec l'assassin. Celui d'une adolescente qui s'amourache d'un jeune délinquant. Celui, enfin, d'un homme en mal de repères, à qui on propose un étrange marché : prendre la place d'un truand en prison à l'occasion d'une visite au parloir, en échange de beaucoup d'argent... Trois destins qui s'entremêlent jusqu'à se croiser dans l'enceinte de la prison. C'est bien mené, bien joué, bien filmé. Léa Fehner est une réalisatrice à suivre...

Yetty

16/11/2009

Rapt

Attention film dur ! Rappelez-vous, fin des années 70. Un doigt coupé. Celui du baron Empain. C’est de cette sombre histoire qu’est inspiré le film de Lucas Belvaux. Méconnaissable, anorexique, Yvan Attal, interprète avec talent ce puissant homme d’affaires, enlevé un matin devant chez lui par un commando. Sa captivité est éprouvante, et elle l’est pour nous spectateurs, aussi.

Yvan Attal a perdu 20 kilos pour interpréter ce rôle, n’a mangé que des légumes à la vapeur durant le tournage pour maintenir son faible poids et il est tout à fait crédible. Le film raconte fort bien l’humiliation subie, la douleur de la famille, la vie intime du kidnappé (maîtresses, dettes de jeu,…) étalée sur la place publique. Côté faits, tout y est et pourtant le film traîne un peu en longueur.

Sortie le 18 novembre.

L'homme de chevet

Mais quelle drôle d’idée de prendre Christophe Lambert dans ce film ? Passe encore quand il interprète, au début du film, un vieux boxeur has been, passablement alcoolique. Mais quand il se retrouve au chevet d’une jeune femme tétraplégique, là, rien ne va plus. Visage impassible, silence religieux et pas un brin de sentiment. Une envie folle de le pincer me démange, pour qu’enfin un rictus d’émotion surgisse. Et c’est d’autant plus dommage que Sophie Marceau est parfaite en jeune femme indocile, autoritaire, accrocheuse, condamnée à l’immobilité.

Adapté du roman d’Eric Holder, le film raconte pourtant avec beaucoup de sensibilité et de sensualité, une très belle histoire d’amour entre une jeune femme handicapée et un homme valide. Un sujet extrêmement délicat et subtilement traité.

Sortie 18 novembre.
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique