logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/02/2010

L'autre Dumas

Saviez-vous qu'Alexandre Dumas avait un nègre très efficace, du nom d'Auguste Maquet ?  Que la collaboration entre les deux hommes s'échelonna de 1844 à 1851 et donna lieu à la parution de dix-sept romans, dont Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte Cristo, La Reine Margot, Le Vicomte de Bragelonne, Ange Pitou, etc...

En 1858, au cours d'un procès, Auguste Maquet revendiqua la paternité de tous ces ouvrages. Le tribunal lui accorda  25% des droits d'auteur mais lui refusa la co-signature. L'homme que Dumas décrivait comme «un esprit sévère et loyal jusqu'à l'accès» mourut solitaire et dans l'anonymat. Voilà l'histoire méconnue que raconte ce film. Celle d'un couple infernal et fusionnel, avec, pour interpréter Alexandre Dumas, un Gérard Depardieu en grande forme, et pour donner corps à Auguste Maquet, un Benoît Poelvoorde en gratte-papier zélé, besogneux et corvéable à merci. Une formidable rencontre entre deux comédiens qui n'avaient fait que se croiser au cinéma, avant ce superbe face à face en costumes, où la rigueur de l'un permet au génie de l'autre de s'exprimer. Dommage simplement que la voix de Benoît Poelvoorde soit si basse, ce qui gâche un peu le plaisir du texte.

Yetty

 

20/01/2010

Gainsbourg (vie héroïque)

Ce qui frappe en premier c'est la fascinante ressemblance entre Eric Elmosnino et Gainsbourg. Surtout de profil. Laeticia Casta est formidable aussi. En Bardot, elle est d'une troublante sensualité. Ne vous attendez pas pour autant à un biopic bien lisse, bien documenté.

Pour son premier film, qui raconte la vie de Serge Gainsbourg, Joann Sfar, auteur de bandes dessinées a la mémoire sélective et un brin nostalgique. Une audace salutaire qui nous épargne tout classicisme pour ce personnage hors norme. Avec une créativité peu fréquente, il réinvente avec intimité, un Gainsbourg drôle et attachant qui tout au long du film tergiverse avec des créatures de son esprit qui prennent corps à l'écran. Du petit garçon juif qui fanfaronne dans un Paris occupé, à l'artiste qui fume sur son lit d'hôpital, le film propose le portrait d'un insoumis provocateur et envoûtant. Sans oublier la bande son qui forcément nous ravive des souvenirs. Un film passionnant, peu conventionnel et drôlement bien fait.

Yetty

 

 

13/01/2010

Invictus

Après le formidable Gran Torino, voici un petit Eastwood. Honorable, regardable, formidablement interprété par Morgan Freeman et Matt Damon, mais gorgé de trop bons sentiments et de quelques clichés. Le film raconte comment en 1994, pour tenter d'unifier le pays et réconcilier Noirs et Afrikaaners, Nelson Mandela se sert du rugby comme élément fédérateur. Et cela fonctionne puisque qu'en 1995, la petite équipe sud-africaine qui participe pour la première fois à la coupe du monde  de Rugby en sort vainqueur. Il s'attache aussi les services de gardes du  corps noirs et blancs, qui se détestent franchement au début du film et je vous laisse deviner la fin... Malgré tout il y a beaucoup d'humanité dans ce divertissement, inspiré d'un roman de John Carlin et des personnages réellements attachants.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique