logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/11/2013

Les Garçons et Guillaume, à table!

Truculent, désinhibé, jubilatoire ! Apprêtez-vous à rire de bon cœur avec cette comédie culottée, adaptée de la pièce de théâtre que Guillaume Gallienne a écrite et jouée avec succès l’an dernier. Sociétaire de la Comédie Française, Guillaume transpose cette fois son autobiographie loufoque à l’écran en se moquant avec tendresse de sa mère qui l’a élevé comme une fille. Une mère, railleuse, bourgeoise, ironique qui, à chaque fois que le repas est prêt, hurle à l’attention de ses trois fils : « Les garçons et  Guillaume, à table !».

 Au pensionnat de garçons, en Angleterre, en séjour linguistique en Espagne ou dans sa chambre imitant Sissi l’impératrice, Guillaume tente d’adopter l’attitude homosexuelle qu’on lui impose, sans succès. Forcément : il y a méprise. Guillaume est hétérosexuel. Les scènes drôles se succèdent sans vulgarité. Visage candide, tignasse frisée, gestes maniérés, il parvient au travers de ce portrait intime et nombriliste à tourner ses aventures extravagantes en dérision positive et à susciter l’émotion. Jusqu’à la dernière scène où, après tant de déboires, enfin persuadé qu’il aime les femmes, il annonce fièrement à sa mère (qu’il interprète aussi avec brio) : « Amandine et moi, on a décidé de se marier » ; mais celle-ci, toujours sceptique, lui répond : «Avec qui ?»

Précédé d’un excellent bouche-à-oreille, récompensé dans de nombreux festivals, «Les garçons et Guillaume, à table!» a de fortes chances de devenir la meilleure comédie française de cette fin d’année.

 Yetty

 De Guillaume Gallienne, avec Guillaume Gallienne, André Marcon, Françoise Fabian. Durée : 1H25

 

Festival du film de Sarlat:Karin Viard, Guillaume Gallienne et Niels Tavernier primés

 La place faite aux lycéens est l’une des particularités du Festival du Film de Sarlat dont la 22ème édition vient de s’achever. Dans ce festival, soutenu par une centaine de bénévoles dont de nombreux retraités, le public est seul à voter. Cette année, il a couronné Karin Viard, Guillaume Gallienne et le film de Niels Tavernier.

 Sarlat ce n’est pas seulement ses cèpes, des truffes et du foie gras. Chaque année au mois de novembre (12-16 novembre 2013) la ville accueille un festival de cinéma très spécifique, ouvert au grand public. Sa singularité ? Recevoir les élèves de 28 lycées et héberger durant 6 jours 700 étudiants en première et terminale, option cinéma. Ils sont logés dans les gîtes de la région, nourris midi et soir dans une cantine scolaire et convoyés jusqu’aux différents lieux d’animations du Festival par autocar. C'est parce qu’ils sont présents que les meilleures équipes de films se déplacent. Cette année, Gérard Lanvin, Tomer Sisley, Karin Viard sont venus parler de leur métier avec les jeunes, Pour Marc Bonduel, délégué général du Festival de Sarlat, les professionnels n’hésitent pas à venir car ils sont heureux de partager leur métier. « La transmission est au cœur de notre festival, dans lequel, contrairement aux autres, il n’y a pas de compétition ». En effet, c’est le public qui vote et choisit le meilleur film doté d’une salamandre d’or décernée cette année à Niels Tavernier, le fils de Bertrand, pour son film « l’épreuve d’une vie » qui sortira le 5 mars 2014. Le public aussi qui a octroyé le prix d’interprétation à Guillaume Gallienne pour  son film «Les garçons et Guillaume et  à table» (en salles le 20 novembre 2013) et le prix d’interprétation féminine à Karin Viard pour « Lulu, femme nue » de Solveig Anspach (en salles le 22 janvier 2013).

 Toute la ville de Sarlat est associée au Festival

 Le cinéma Rex et ses quatre salles, le centre culturel, l’évêché, toute la ville se met à l’heure du cinéma. Les habitants bénéficient de tarifs préférentiels et une centaine de bénévoles de Sarlat et sa région s’investissent dans l’organisation. La plupart d’entre eux sont des retraités. Anciens enseignants, chauffeurs routiers ou commerciaux, ils gèrent le transport des personnalités, l’accueil, les badges, etc…et apportent convivialité et chaleur à ce petit festival qui grandit d’année en année. La plupart des films présentés ne sont pas encore sortis en salle. La majorité d’entre eux sont français et très grand public mais une sélection « autour du monde » offre un aperçu de quelques pépites venues de l’étranger. « Pour la plupart des distributeurs, montrer ses films à Sarlat est important. Ce n’est pas Paris mais la vraie France, confie Marc Bonduel. Et l’avis de ce public est essentiel ».

 Yetty 

 

05/11/2013

Violette

Violette Leduc, dont les romans ressortent en librairie à l’occasion de ce film qui lui est consacré, est une romancière méconnue, amoureuse, sans retour, de Simone de Beauvoir. C’est sur cette relation trouble et intense entre les deux femmes que porte le film signé Martin Provost, réalisateur d’un autre portrait de femme oubliée de l’histoire : Séraphine.

Le film débute en 1942 dans un paysage âpre et hivernal, avec une jeune féministe révoltée, broyée par la solitude et obnubilée par sa laideur. Capricieuse et tourmentée, Violette Leduc s’éprend de Simone de Beauvoir. Elle est ingérable mais Simone a la conviction d’avoir rencontré une écrivain hors norme et elle est prête à la soutenir.

Très largement inspiré des œuvres de Violette Leduc – en grande partie autobiographiques, le film découpé en chapitres, s’achève en 1964 avec la publication de La Bâtarde, préfacée par Simone de Beauvoir. Entre temps, Sartre, Camus qui l’a publiée, Cocteau et Genet, qui l’ont côtoyée, ont tous reconnu son talent.

 Avec Violette, Martin Provost offre à Emmanuelle Devos un magnifique portrait de femme. Pour se glisser dans la peau de l'écrivain, l’actrice n’a pas hésité à s’enlaidir avec une prothèse de nez et se teindre en blonde pour incarner sa fragilité et l’emmener aux confins de la folie. Elle a dévoré tous ses livres. Mais c’est peut-être Sandrine Kimberlain, qui étonne le plus. Tout en retenue, elle incarne une Simone de Beauvoir pleine de grâce, digne et forte.

Yetty


De Martin Provost, avec Emmanuelle Devos, Sandrine Kiberlain, Olivier Gourmet, Catherine Hiegel. Durée : 2h19.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique