logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/04/2012

À moi seule

Sujet périlleux, celui du rapt d'une petite fille et de son emprisonnement pendant huit années. On pense évidemment à la séquestration de la jeune autrichienne, Natasha  Kampusch. Le réalisateur, Frédéric Videau, s'en est inspiré mais a construit un film tendu comme un fil au-dessus de l'abîme avec des allers-retours entre l' "avant"  et "l'après" très fluides.


Le spectateur est immédiatement soulagé, pas de faux suspense, d'angoisse inutile, Gaëlle (Agathe Bonitzer) est libérée dans le premier quart d'heure par son propre geôlier. Mais c'est maintenant qu'il lui faut vivre libre, dans un monde ignorant tout de ses angoisses, de sa relation au bourreau, de son quotidien passé i-ni-ma-gi-na-ble.


Comment vit-on après ? Personne ne le sait, ni les psy, ni les parents dévastés, ni le réalisateur, personne, pas même Gaëlle. Frédéric Videau pose les questions, imagine et fantasme les rapports entre l'adulte et l'enfant, sans jamais insister sur le statut de victime de Gaëlle. Il faut dire que le personnage est incroyable ! A la fois porc-épic,  cinglante comme une lame,  incontrôlable, singulière des pieds à la tête, on reste interloqué par la jeune fille et bluffé par la comédienne : Agathe Bonitzer.

Quant à l'homme, que dire ?  On ne sait pas grand chose de lui et c'est tant mieux ; l'interprète, Reda Kateb, distille malaise, répulsion,  peur et violence avec une grande douceur ce qui est très perturbant. Dans tous les cas, le cinéaste signe un des films les plus intéressants de ces dernières semaines.

Film de Frédéric Videau. 1H31mn
Avec Agathe Bonitzer, Reda Kateb, Hélène Fillières, Jacques Bonnaffé, Noémie Lvovsky,

Marie-Sophie Dupré



25/01/2012

Les papas du dimanche

Les papas du dimanche

Trompé par sa femme, Antoine trouve refuge chez son ami d’enfance, puis s’installe, seul, dans son ancienne maison de famille. Le plus dur pour lui, c’est le manque de ses trois enfants, qu’il voit un week-end sur deux. Il a le sentiment de ne plus les connaître, de ne pas les voir grandir, de ne plus appartenir à leur vie, de souffrir en silence chaque fois qu’il les ramène le dimanche soir. Sa tristesse, son amertume, sa colère sourde vis-à-vis de sa femme qui l’a quitté pour son associé, l’acteur Thierry Neuvic l’incarne à merveille. Mais ce qui transparaît tout au long de ce film, avec une sincérité bouleversante, c’est la patte autobiographique du réalisateur. Louis Becker, fils de Jean Becker et petit-fils de Jacques Becker, jusqu’ici producteur, signe avec « les papas du dimanche » son premier film comme réalisateur. Un film, adapté du roman du même nom de François d’Epenoux, qui aborde la séparation d’un point de vue masculin, avec beaucoup de sensibilité et d’élégance. Yetty

Comédie dramatique de Louis Becker avec Thierry Neuvic, Hélène Filières, Olivier Baroux. Durée 1H30

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique